La durée de manœuvre du Pont Colbert

Un argument également entendu porte sur la durée de manœuvre du Pont Colbert, qui laisserait attendre les navires trop longtemps leur passage (et les piétons par la même occasion).

D’après les informations que nous avons à notre disposition,

Le pont Colbert est capable d’accomplir sa manœuvre de rotation en 90 secondes et cette durée peut naturellement être conservée par l’automatisation.

Il convient également de prendre en compte dans le temps d’attente les ordres d’ouverture donner par la capitainerie du port, décisions qui dépendent des caractéristiques techniques du navire (jauge, longueur, largeur, tonnage, manœuvrabilité…) et qui sont naturellement indépendants du pont Colbert.

Le coût de la restauration du pont Colbert

A combien est estimé le coût de la restauration du Pont Colbert ?

Il a été avancé que :

l’investissement pour la restauration du pont Colbert est l’équivalent à celui pour la construction d’un nouveau pont (entre 10 et 12 M€)

A cela, le comité répond que suite à un devis demandé à une entreprise spécialisée dans la restauration des ouvrages d’art, la restauration du Pont Colbert, incluant l’automatisation, est chiffrée aujourd’hui à 6.5 millions d’€uros, auxquels il conviendra éventuellement d’ajouter 1 million si un désamiantage doit être effectué.

la durée des travaux sur le pont Colbert

S’il est remplacé, ou s’il est restauré, combien de temps vont durer les travaux sur le pont Colbert ?!

Il a été dit que :

La durée des travaux de restauration entraînerait une gêne plus importante pour les Dieppois par l’interruption de la circulation routière et piétonne (12 à 24 mois) que la mise en place d’un nouveau pont (6 à 9 mois).

A cela, le comité répond que le rapport réalisé par Monsieur Christian TRIDON, le Président du Syndicat National des entrepreneurs spécialistes de travaux de réparation et renforcement de structures (STRRES) en date du 29 décembre 2014 précise :

Les travaux sont exécutés par moitié (sens transversal) sur le pont en position fermée. La circulation pouvant alors se faire, sous alternance, dans les 2 sens, pendant  toute la durée des travaux. A noter que dans cette solution,  la manœuvre d’ouverture du pont reste possible.

Le devis demandé à l’entreprise spécialisée dans la restauration des ouvrages d’art donne un planning sur lequel est indiquée la durée d’interruption de trafic : 2 mois de coupure de la liaison routière et maintien de  la circulation des piétons et des deux roues pendant toute la période de travaux en mettant en place une passerelle amovible avec un grutier pour la manœuvrer.

La solidité et la durée de vie du Pont Colbert

Nouvelle semaine, nouveaux arguments & nouvelles réponses 🙂

Au fait, la réponse concernant les pannes importantes recensées depuis sa remise en service en 1947 sont de l’ordre de 7 seulement, en 68 ans…

Allez donc pour commencer cette semaine, parlons de la solidité et la durée de vie du pont Colbert justement.

Un argument entendu souvent ici et là..

Le pont est vétuste et en très mauvais état. Sa durée de vie est limitée.

Le SMPD a commandé au Département des Ouvrages d’Art de la SNCF une « Etude d’intégrité du Pont Colbert », datée du 19 février 2012.

On peut y lire page 4 :

Les investigations de l’ouvrage et son étude par le calcul montre que son niveau de sollicitation courant se situe à 50 % de la capacité des matériaux métalliques le constituant. Il est donc moyennement sollicité.

La structure ne se trouve pas en fin de durée de vie.

Les avaries relevées sont essentiellement dues à la corrosion.

(note du Comité de Sauvegarde du pont Colbert : le pont, en fer, n’a pas été repeint depuis plus de 15 ans).

Les avaries relevées sont essentiellement localisées au niveau de la structure inférieure supportant la chaussée : membrures inférieures, diagonales montants et croisillons à leur jonction avec la membrure inférieure et, bien que pouvant apparaître impressionnantes visuellement, ont actuellement un impact faible sur la capacité globale de l’ouvrage.

La fiabilité du pont Colbert

Un communiqué du SMPD du 05 janvier 2012 indiqué que

Remplacement du pont Colbert : Le Syndicat Mixte a pour devoir des garantir les conditions d’exploitation de la pêche et du commerce maritime mais aussi la fiabilité d’une liaison urbaine essentielle pour l’activité économique de la ville et la circulation de ses habitants.

A votre avis, combien de pannes importantes ont été constatés depuis la remise en service en 1947 (suite aux dégâts occasionnés 1944) ?

  • aucune depuis 1947
  • 68 pannes depuis 1947, soit une par an
  • 34 pannes depuis 1947, soit une tous les deux ans
  • 7 pannes depuis 1947, soit une tous les 9 ans

N’hésitez pas à laisser votre réponse dans les commentaires ou à publier votre réponse sur la page facebook ou notre groupe facebook.

La réponse sera publiée demain (samedi 28/11/2015) à la suite de ce message

!!! mise à jour du 28/11 !!!

La bonne réponse est 7 pannes importantes seulement depuis 1947, bluffant vu son grand âge vous ne trouvez pas !?

Il y a de l’amiante aussi… sur le pont Colbert

Propos du Président du SMPD M.MAYER-ROSSIGNOL :

Il y a de l’amiante aussi.

Cf. Quotidien « Paris Normandie », sur son site internet date du 16 octobre 2015 à 23h04 un article intitulé « Dieppe : toujours une résistance de fer pour la sauvegarde du pont Colbert ».

A cet argument, le comité rétorque

La peinture du pont contient, peut-être, de l’amiante, car elle a plus de quinze ans.

Le STRESS (Syndicat National des Entrepreneurs Spécialistes de Travaux de Réparation et de Renforcement des Structures) a demandé, en mai 2015, l’avis d’une entreprise spécialisée dans le désamiantage des ouvrages d’art sur les avantages & inconvénients dans le scénario de la dépose du pont pour la reconstruction et dans le scénario de  la restauration.

Cette société présente 3 solutions pour la  dépose et les estime « très onéreuses » (décharge de classe1, décapage partiel ou total sur place et en atelier).

Cette société indique « A contrario, le surcoût apporté par l’amiante à la solution de rénovation est limité ».

Le pont Colbert n’est pas aux normes Européennes !

Un des arguments avancés par le Syndicat Mixte du Port de Dieppe porte sur l’aspect normatif du Pont Colbert !

Le pont Colbert n’est pas aux normes européennes.

Propos du Président du SMPD M.MAYER-ROSSIGNOL : « De nouvelles études sont en cours. Les deux solutions existent : reconstruction ou réparation, tout en sachant que le pont est obsolète si on se réfère aux normes européennes actuelles ».

Cf. Quotidien « Paris Normandie », sur son site internet date du 16 octobre 2015 à 23h04 un article intitulé « Dieppe : toujours une résistance de fer pour la sauvegarde du pont Colbert ».

La réponse du Comité de Sauvegarde du Pont Colbert :

Un pont, âgé de 126 ans, ne peut être conforme aux normes européennes de 2015.

Il est rappelé que les normes sont par définition, d’application volontaire.  Seule la réglementation peut en rendre l’application obligatoire.

Argument sur l’aspect patrimonial du Pont Colbert

Parmi les arguments du Syndicat Mixte du Port de Dieppe à propos du pont Colbert, sur le plan historique, le smpd stipule que

Le pont actuel n’est pas un élément patrimonial car le pont d’origine a été entièrement détruit par les Allemands le 30 août 1944.

Les archives départementales de Seine Maritime (AD76, série 4S) nous permettent d’affirmer légitiment que l’explosion du 30 août 1944 n’a endommagée le pont que sur 12 mètres… alors que la longueur totale est de 70,5 mètres.

Argument du Syndicat Mixte du port de Dieppe à propos du Pont Colbert

Bonjour,

Pour faire suite à l’excellent reportage “Sur la route” diffusé ce week-end sur France Culture, nous entamons ici une série de publications sur les arguments avancés par le Syndicat Mixte du Port de Dieppe et nous vous faisons part des réponses que nous y apportons.

Concernant la circulation routière & piétonne

Les poutrelles métalliques sont trop basses pour le passage de gros volumes, trop étroit pour le croisement des véhicules. En tant que Président du Port de Dieppe, je dois mettre en avant la sécurité des automobilistes mais aussi des piétons.

Propos de M. MAYER-ROSSIGNOL rapportés par le quotidien « Paris Normandie » sur son site internet le 16 octobre 2015 à 23h04 dans l’article « Dieppe : toujours une résistance de fer pour la sauvegarde du pont Colbert.

La réponse du comité de Sauvegarde du Pont Colbert

Sur le pont passe la route départementale 925 empruntée chaque jour par environ  1 800 piétons et 12 000 voitures. Le plan de circulation de la ville de Dieppe oblige les camions à contourner le quartier du Pollet et le Centre-ville.

La Direction des Routes du Département de Seine Maritime indique dans une lettre du 30 septembre 2015 au Comité de Soutien du Pont Colbert :

Concernant l’ouvrage actuel, dans l’hypothèse d’une remise en l’état, les services n’ont formulé aucune prescription autre que la conservation des caractéristiques techniques actuelles.

Rendez vous demain pour un nouvel argument !